Bannière site Stevius A.

Abonnez-vous à la Newsletter, si vous voulez savoir quand je publie une nouvelle histoire, sans avoir à passer par ma page facebook. Il n’y aura pas de harcèlement. Inscrivez juste votre mail en bas de cette page. Vérifiez vos spam pour la première.

Le PQ

Le PQ

– Faut plus de PQ !
– Pourquoi faire ?
– Je sais pas… Une intuition…
– Ok… Mais combien de rouleaux ?
– J’en sais rien… Vas demander à l’ermite sur la colline, pendant que je vais acheter du PQ.

Sur la route des moulins

Sur la route des moulins

J’avais mis du temps à enclencher le mode : « tu te barres, tu prends l’air ». J’avais aussi mis du temps à choisir où. Et quand bien même j’avais choisi où, il fallait aussi décider du « quand », puis du « jusque quand ». Une fois cela fait, je reprenais tout à zéro. Je n’étais soudainement plus très certain du « où », ni même du « faut-il ? » Et pourtant il fallait que je prenne un peu de vacances, et surtout ailleurs. Mais où, quand, combien de temps, et par quel moyen de transport ? Trop d’indécisions dans un esprit exaspéré. Et merde !

T’es trop près

T’es trop près

– T’es trop près. Pourquoi t’es si près ?
Des fois, y a pas le choix : y a trop de bruits autour, alors pour se parler, c’est obligé, faut se rapprocher… des fois…
Des fois, c’est juste les heures de pointe, alors t’as pas trop le choix non plus…

La patronne de Porto

La patronne de Porto

Parmi la multitude d’escaliers qui sinuaient entre les bâtiments multicolores du centre historique de Porto, il s’était arrêté par hasard, où plutôt par intuition, au milieu de l’un d’entre eux, à une distance confortablement respectable de la masse touristique bien trop dense, qui envahissait les rues du quartier cette année-là, à tel point que la ville avait dû s’enfoncer de quelques centimètres.

Les cordonniers sont tous des cons

Les cordonniers sont tous des cons

Le soleil brillait au-dessus d’une petite place de petits pavés clairs, dont l’affluence touristique était assez surprenante. Il y avait un couple déguisé avec des vieux costumes à carreaux aux épaules très carrés, du style endimanché, et dont on ne voyait pas les têtes, qu’ils avaient camouflées sous leurs vêtements

La torture au piment

La torture au piment

— Ça suffit maintenant, tu vas me détacher, ou je vais me fâcher!
— Je garderais mon calme, et j’écouterais très attentivement si j’étais à ta place.